6 façons de se constituer une retraite complémentaire

Depuis plusieurs années, l'allongement de la durée de vie, l'augmentation du chômage, la diminution du nombre de cotisants… mettent à mal le système de retraite français.

Alors, plus que jamais, la retraite ne se prépare pas en un jour mais en une vie. Décryptage.

 

 

Qu'avez-vous pensé de la vidéo ?

 

Acheter sa résidence principale

Acheter sa résidence principale
© Thinkstock

Quelle que soit la période économique, l'immobilier restera toujours la première chose à privilégier. D'abord, acheter un bien immobilier permet à terme d'économiser le prix d'un loyer.

Ensuite, vous pouvez disposer de votre logement comme bon vous semble en le vendant pour racheter plus petit ou plus grand selon les événements.

Être à la retraite est souvent synonyme de baisse de revenus, il faut donc anticiper suffisamment cet achat pour ne plus avoir de charges de remboursement au moment où vous quitterez le monde du travail.

Bon à savoir : le recours au crédit permet d'acheter un bien important sans investir obligatoirement une grosse mise de départ.

Lire l'article

Placer en valeurs mobilières dynamiques

Placer en valeurs mobilières dynamiques
© Thinkstock

Ce placement reste encore mal perçu mais réellement enrichissant. Il consiste en investissements en bourse et précisément en actions et pas en obligations.

Certains fonds de placement dans l'innovation peuvent vous rapporter de 100 à 150 % de votre mise de départ par an.

En général, le risque pris est proportionnel au rendement potentiel du placement.

Les valeurs mobilières restent un placement pour les jeunes puisque dès 40 ans, il est conseillé de commencer à sécuriser son patrimoine, en transférant ses placements en actions sur des assurances-vies en fonds euros par exemple.

Enfin, n'investissez qu'une partie de votre argent et uniquement les sommes dont vous n'aurez pas besoin à court terme.

Bon à savoir : pour minimiser les risques, privilégiez les fonds capital garanti à l'échéance, les fonds monétaires ou les obligations.

Acheter pour louer

Acheter pour louer
© Thinkstock

L'idéal, après avoir acheté sa résidence principale et quand les finances le permettent, est d'acheter d'autres logements en vue de les louer.

Toujours être attentif à la situation et aux qualités du logement. En effet, pour se louer facilement, le logement doit se situer dans une ville où le marché locatif est dynamique.

L'intérêt lorsque l'on achète pour louer est d'utiliser les loyers pour rembourser les mensualités de crédit.

Bon à savoir : si le montant du loyer est supérieur aux mensualités du crédit, vous pouvez toujours utiliser ce surplus comme apport personnel dans un futur achat.

L'idéal est d'acheter 15 à 20 ans avant l'âge de la retraite. De cette façon, une fois sorti de la vie active, les revenus locatifs ne servent plus au remboursement de l'emprunt mais à doper une pension de retraite insuffisante.

Lire l'article

Faire des placements qui versent une rente viagère

Faire des placements qui versent une rente viagère
© Thinkstock

En échange du capital, le souscripteur reçoit une rente, chaque mois ou chaque trimestre, jusqu'à la fin de ses jours.

Attention : pendant la phase d'épargne, l'argent n'est ni disponible ni transmissible à ses héritiers.

Le montant de la rente dépend notamment de l'espérance de vie moyenne du bénéficiaire et du capital accumulé au gré des versements.

  • En choisissant cette formule, le souscripteur ne prend pas le risque de voir son capital s'amoindrir et est protégé des aléas des marchés financiers.
  • Ces placements sont dotés d'un avantage fiscal : les cotisations versées sont déductibles du revenu imposable.

Bon à savoir : au premier versement de la rente et en fonction de l'âge du souscripteur, une fraction seulement est imposable.

Lire l'article

Racheter des trimestres de cotisations

Racheter des trimestres de cotisations
© Thinkstock

Cela permet au salarié n'ayant pas cotisé suffisamment de racheter des trimestres de cotisations.

  • Il ne peut pas racheter plus de 12 trimestres.
  • Les périodes rachetables sont les années d'études supérieures et les années civiles incomplètes.

Attention : la caisse de retraite peut rejeter la demande du salarié.

Bon à savoir : depuis le 1er janvier 2019, le rachat de points de retraite complémentaire (Agirc-Arrco) est étendu aux années civiles incomplètes (circulaire Agirc-Arrco 2019-4-DRJ).

Le prix d'un trimestre racheté varie en fonction de l'âge et de l'option choisie (la première option porte uniquement sur le taux de la retraite et la seconde sur le taux et sur la durée d'assurance).

Cette dépense est déductible de vos revenus imposables.

Bon à savoir : il faut avoir entre 20 et 66 ans inclus au jour de la demande du rachat.

Comme il n'existe aucune garantie sur le gain que procurera ce rachat, mieux vaut l'effectuer au plus près de l'âge de la retraite lorsque tous les paramètres sont connus.

En effet, racheter 12 trimestres de retraite à 40 ans n'est pas une bonne idée si au final il n'en manque que 4.

Lire l'article

Bénéficier d'une pension de réversion

Bénéficier d'une pension de réversion
© Steffen Ramsaier CC BY-NC-ND 2.0 / Flickr

La pension de réversion correspond à une partie de la retraite dont bénéficiait ou aurait pu bénéficier l'assuré décédé (salarié ou fonctionnaire)*.

Le versement d'une pension de réversion n'est jamais automatique. Il faut en faire expressément la demande auprès de la caisse du régime de dernière activité.

  • Ce versement est subordonné à des conditions d'âge (être âgé au moins de 55 ans) et de ressources (qui varient sensiblement d'un régime à l'autre).
  • Autre condition : il faut être l'époux, l'épouse ou l'ex-conjoint du salarié ou du retraité décédé (les concubins et les partenaires pacsés ne sont pas concernés).

En cas de remariage, la pension de réversion est définitivement supprimée.

La pension de réversion est égale à 54 % de la retraite de base que le défunt percevait (elle peut être majorée ou diminuée selon les cas).

Bon à savoir : quand on ne remplit pas la condition d'âge, on peut demander à percevoir l'allocation veuvage pendant au maximum deux ans.

Lire l'article

* http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/N378.xhtml

Pages Jaunes vous en dit plus

Le guide de la retraite : indispensable pour tout savoir et ne pas vous faire avoir.

Nos autres contenus pourront vous éclairer et vous inspirer :

Quelques guides pratiques à télécharger gratuitement :

Ces pros peuvent vous aider