Départ à la retraite

Sommaire

L'âge légal du départ à la retraite varie en fonction de la date de naissance de l’assuré social. Il est, par exemple de 60 ans, pour les personnes nées avant 1951 et de 62 ans pour celles nées en 1955 jusqu'en 1961. Il sera progressif à partir du 1er septembre 2023 pour atteindre 64 ans en 2030.

Un assuré social peut continuer à travailler au-delà de l’âge légal du départ à la retraite À certaines conditions, le départ à la retraite peut avoir lieu avant d'avoir atteint l'âge légal. 

Départ à la retraite : un âge en constant recul

En France l’âge du départ à la retraite ne cesse de reculer. Selon une étude de la Direction de la recherche des études de l'évaluation et des statistiques (DREES) du ministère de la Santé parue en 2018, cet âge moyen était de 61 ans et 10 mois pour les personnes résidant en France en 2016.

Il atteint :

  • 62 ans et 1 mois pour les femmes ;
  • 61 ans et 6 mois pour les hommes.

Cet âge est en augmentation continue depuis l’entrée en vigueur de la réforme des retraites de 2010. En 6 ans, il a augmenté de 1 an et 4 mois, soit un peu moins d’un trimestre par an.

La réforme de 2010 a eu pour effet de reculer l'âge légal minimum de 2 ans (à 62 ans). Par ailleurs, l’âge du taux plein automatique marquant la fin de la décote a été porté à 67 ans.

La réforme des retraites (loi n° 2023-270 du 14 avril 2023 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2023) modifie de manière progressive l’âge légal de départ à la retraite. Ainsi, il sera de 64 ans à compter de 2030. À compter du 1er septembre 2023, le report de l’âge légal de départ à la retraite se déploie au rythme de 3 mois par génération.

Bon à savoir : le service en ligne « Mon agenda retraite » permet aux assurés âgés de 54 ans et 8 mois d’être accompagnés dans leurs démarches pour préparer leur retraite. Après avoir rempli un formulaire, l’assuré bénéficie, par courriel ou par SMS, de conseils pratiques pour anticiper sa demande de retraite.

Départ à la retraite avant l’âge légal

Certaines situations particulières peuvent permettre à un affilié de prendre sa retraite avant l'âge légal. Il s’agit de :

  • La retraite anticipée : elle est réservée aux assurés qui ont commencé à travailler très jeunes ou qui ont été handicapés durant la majeure partie de leur carrière. À condition de justifier d’une durée minimale d’assurance en début d’activité et d'une certaine durée d’assurance cotisée, ils peuvent bénéficier d’une retraite anticipée.
  • La retraite progressive : à condition d’aligner 150 trimestres, il est possible de partir en retraite progressive dès 60 ans. Avec ce dispositif, l’assuré social perçoit une partie de sa retraite, tout en exerçant une activité à temps partiel. Depuis le 1er janvier 2022, les salariés en forfait jours et les travailleurs non-salariés relevant du régime des salariés peuvent bénéficier de la retraite progressive (article 110 de la loi n° 2021-1754 du 23 décembre 2021 de financement de la sécurité sociale pour 2022).

Bon à savoir : suite à la réforme des retraites de 2023, les fonctionnaires peuvent bénéficier de la retraite progressive à compter du 1er septembre 2023. Avec le report progressif de l'âge légal de départ à la retraite de 62 ans à 64 ans mis en place par cette réforme, l'âge pour bénéficier d'un départ progressif à la retraite évolue, selon le même rythme d’un trimestre supplémentaire par an que l’âge légal, de 60 ans à 62 ans d’ici à 2030.

  • La retraite pour pénibilité : les assurés sociaux victime d’une incapacité permanente liée à une maladie professionnelle ou à un accident du travail peuvent pendre leur retraite anticipée à partir de 60 ans à condition de respecter certaines conditions.
  • les points retraite portés à l’actif du compte professionnel de prévention peuvent être transformés en trimestres de majoration de durée d'assurance. Ils permettent d’avancer le départ à la retraite à 60 ans au plus tôt ;
  • l’allocation des travailleurs de l’amiante. À condition de réunir le nombre de trimestres requis pour obtenir une retraite au taux maximum, les assurés sociaux concernés peuvent bénéficier de leur retraite dès 60 ans.

Départ à la retraite à l’âge légal

L’âge minimum pour obtenir la retraite de base est de 62 ans pour les assurés nés depuis 1955. À cet âge, le départ à la retraite est possible, quelle que soit la situation de l’affilié. L'âge de départ à la retraite va être repoussé à partir du 1er septembre 2023 pour atteindre 64 ans en 2030.

Toutefois, pour obtenir une retraite au taux maximum, il faut justifier d’une durée d’assurance qui ne cesse de s’allonger. Cette durée de cotisation est définie en fonction de l’année de naissance de l'assuré, par exemple 166 trimestres pour une personne née en 1957. Si cette durée de cotisation n’est pas atteinte, une décote définitive s’applique sur le montant de la retraite.

À partir d’un certain âge, la retraite est calculée au taux maximum, quel que soit le nombre de trimestres validés. Cet âge varie de 65 à 67 ans, selon l’année de naissance de l’affilié.

À noter : les salariés qui ont perçu une indemnité horaire d'activité partielle depuis le 1er mars 2020 acquièrent des droits à la retraite. Cette disposition, prévue par la loi n° 2020-734 du 17 juin 2020, a été pérennisée par la loi de financement de la sécurité sociale pour 2021. Un contingent de 220 heures est requis pour la validation d'un trimestre de retraite dans la limite de 4 trimestres (décret n° 2021-570 du 10 mai 2021).

Bon à savoir : un certain nombre de situations (assurés ayant interrompu leur activité pour être aidant familial, etc.) peuvent obtenir une retraite au taux maximum dès 65 ans, quel que soit leur nombre de trimestres validés.

Départ après l’âge légal de la retraite

Quel que soit l’âge de l’assuré social, il est en droit de continuer à travailler afin d’augmenter le montant de sa future retraite. Sauf exception, un employeur ne peut pas imposer à un de ses salariés de partir à la retraite avant 70 ans.

Lorsque le salarié atteint 70 ans, l'employeur a la possibilité de le mettre à la retraite d'office (sans son accord).

Bon à savoir : attention, la possibilité de mettre un salarié à la retraite d’office lorsque celui-ci atteint l’âge de 70 ans n'est pas ouverte à l'employeur si le salarié avait déjà atteint cet âge au moment de son embauche (Cass. soc., 17 avril 2019, n° 17-29.017).

Aussi dans la rubrique :

Retraite des salariés du privé

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider